vilaine2

 

Les brumes matinales recouvrant la Vilaine
Comme fioritures de ses airs,
Ne l'enlaidissent pas, bien au contraire :
Elles sont un ornement à son lit sans traînes,
A ses eaux saumâtres et huileuses,
A ses sourds tumultes, à ses plongées ténébreuses.

 
Entre voix fluviale et voie routière,
J'enfourche ma bicyclette fière,
Filant sur un chemin sablonneux
Aménagé plus pour les joggers que les bienheureux.

 
Les phares des voitures dans l'aurore pâle
Courent sur l'asphalte comme centaine d'opales,
Et, roulant entre deux horizons,
Entre deux mondes, entre deux eaux,
Je sais que j'arriverai de cette façon,
A huit heures trente à mon bureau.

 

vilaine1