ribbon-black_68

 

 

Après ces sombres et tristes événements, j'ai eu envie de chanter cette chanson de Renaud, datant de 1985 (eh oui déjà) :

MORTS LES ENFANTS

J'ai changé un couplet et un refrain (en rouge ci-dessous) en hommage aux victimes du vendredi 13 novembre 2015...

 

 

Chiffon imbibé d'essence,
Un enfant meurt en silence
Sur le trottoir de Bogotá
On ne s'arrête pas


Dechiquetés aux champs de mines,
Décimés aux premières lignes
Morts les enfants de la guerre
Pour les idées de leurs pères

Bal à l'ambassade,
Quelques vieux malades
Imbéciles et grabataires
Se partagent l'univers

Mort les enfants de Bhopal,
Industrie occidentale
Partis dans les eaux du Gange,
Les avocats s'arrangent


Morts les enfants de la haine
Près de nous ou plus lointaine
Morts les enfants de la peur
Chevrotine dans le cœur


Bal à l'ambassade,
Quelques vieux malades
Imbéciles et militaires
Se partagent l'univers

Morts les enfants du Sahel,
On accuse le soleil
Morts les enfants de Seveso,
Morts les arbres, les oiseaux


Morts les enfants du Bataclan
Un vendredi soir chantant
Devenant soudain sanglant
Morts tous ces cœurs innocents


Bal
les du Djihad
Quelques 
jeunes malades
Imbéciles 
et tortionnaires
Croient posséder toute la Terre


Mort l'enfant qui vivait en moi,
Qui voyait en ce monde-là
Un jardin, une rivière
Et des hommes plutôt frères


Le jardin est une jungle,
Les hommes sont devenus dingues
La rivière charrie des larmes,
Un jour l'enfant prend une arme

Balles sur l'ambassade,
Attentat, grenade
Hécatombe au ministère
Sous les gravats, les grabataires