03 juillet 2008

CHIEN 1

Un fameux crachin     Pendant sept jours et sept nuits, il veilla. Pendant sept jours et sept nuits, la pluie n'avait cessée. Le ciel toujours plus gris, passant de l'anthracite au noir ébène de la nuit, déferlait des trombes d'eau comme il n'en avait jamais vu. Il a beau habiter en Bretagne, de la pluie de ce calibre, il n'en avait jamais entendu parler, pas même dans les Anthologies d'Anatole Le Braz, grand colporteur de chansons, contes et légendes populaires du pays. La pluie fait certes partie du... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 juillet 2008

Petits plaisirs et déplaisirs culinaires 2

  Ce qui arrive quand on n'aime pas les nems et qu'on en mange quand même     Je sors du garage avec une épouvantable migraine et comme je suis anti antianxiolitiques, j'en ai pour un bon moment. Je vais rester tendu comme les fils à linge de ma grand-mère qu'habite derrière le garde-barrière ! Et s'il n'y avait que ça... C'est ce sacré restaurant vietnamien. Sa boustifaille nuit gravement, même de jour ! Elle m'a refilé la céphalée mais en plus j'ai l'estomac complètement ballonné, retourné dans tous les... [Lire la suite]
02 juillet 2008

Petits plaisirs et déplaisirs culinaires 1

Un petit air de flûte   Il faut absolument que je pense à m'arrêter à la boulangerie. Acheter une petite flûte. Ou deux. Il faut bien ça. Baguettes magiques orchestrant la petite symphonie de l'oeuf à la coque. Découpées délicatement en bâtonnets, les voilà mouillettes prêtes à se noyer dans l'ocre tiède. Pinceaux du gourmet sur sa palette. Sous son palais. Le vendredi c'est sacré. Oeuf à la coque ou galette de blé noir. Le tout après une bonne séance de cinéma. Et cette semaine, c'est le tour de l'oeuf. J'y ajoute un peu... [Lire la suite]
01 juillet 2008

Flâneries parisiennes 12

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Un bibliophile chez les bouquinistes On ne peut aller à Paris sans faire un détour du côté des bouquinistes... C'est ce que se disait J.-S. K., qui passait le plus clair de son temps dans les bibliothèques, étant bibliothécaire de son état. Même loin de son environnement professionnel, les livres occupaient toujours une part importante dans la vie de J.-S. K, à tel point qu'on aurait pu croire que ce... [Lire la suite]
30 juin 2008

Flâneries parisiennes 11

Le Baiser d’après le rendez-vous des amis   Un dimanche matin de bonne heure – il faisait encore nuit lorsque mon petit Arthiste et moi nous nous sommes levés – nous sentîmes dans ces instants matinaux, sur nos joues rosies, comme un vent de bonheur. Toi et moi avions décidé d’emmener l’Arthiste, notre petit loup noctambule, pour la première fois au spectacle. Nous descendîmes du métro, place du châtelet, traversâmes la rue Saint-Martin et ondulâmes dans les dédales du Marais. Zoé et son lapin Jules se jouait... [Lire la suite]
27 juin 2008

Flâneries parisiennes 10

Dans la couronne parisienne, on pouvait trouver des petits coins de paradis... La Cité du Progrès Il est quelque part en une cité de la banlieue qui fut rouge, non loin des rails transiliens qui transpercent cette friche industrielle, une petite rue moribonde, entourée de barres rouges au pied desquelles s’amoncellent, chaque jour, des monceaux d’ordures ménagères et en tout genre, qui devait être autrefois bien agréable. Cette rue porte le nom d’une ambition futuriste... [Lire la suite]

26 juin 2008

Flâneries parisiennes 9

Lorsqu'on a bien flâné dans Paris, on rentre chez soi, dans un petit coin de banlieue parfois bien tranquille... Un petit coin paisible de banlieue Il est dans ma rue, un petit coin jouxtant un garage vomissant des carcasses rouillées de voitures, faisant front à mon balcon en altitude, où les gens marquent une courte pause. Non pas pour disserter sur la pluie et le beau temps, les conditions climatiques qui se déglinguent complètement, non pas pour échanger des tuyaux équestres, savoir quel est le bon outsider... [Lire la suite]
25 juin 2008

Flâneries parisiennes 8

Le Petit eldorado de la rue Daguerre Il est des endroits qui sont comme des respirations dans les jungles urbaines. Au détour des axes rouges et des feux tricolores, des foules compactes et oppressantes, on trouve encore des ruelles désertes, des passages sans le flot ininterrompu de véhicules puants et lancés à toute berzingue. La rue Daguerre est une de ces artères miniatures qui donne un air de village en fête à Paris. Il est agréable d’y flâner paresseusement au sortir des sinistres et nauséabondes catacombes,... [Lire la suite]
24 juin 2008

Flâneries parisiennes 7

Végétation hôtelière   Il est étonnant de voir, en plein cœur de Paris, au milieu de la pierre grisée et du bitume froid, ces plantes qui ornent les façades d’hôtels luxueux, de par leur situation. Certaines sont plantées dans le décor comme des intrus. Elles sont si esseulées qu’elles en paraissent ridicules et croissent avec paresse. L’hostilité du milieu les font disparaître et on ne les remarque que par leur air triste et maladif. D’autres agitent leurs branches à travers de lourdes grilles comme pour... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juin 2008

Flâneries parisiennes 6

A travers les fenêtres   A travers les fenêtres des bâtiments historiques formant l’antre centrale de Paris, notre regard se voile de formes géométriques inhabituelles. Dans les recoins insolites de ces lieux touristiques, se cachant au grand public dans la pénombre, les ouvertures sont des meurtrières pacifiques s’ouvrant sur le monde. Parfois, un œil de bœuf tout rond donne la vision sphérique de notre terre, agrandissant comme une loupe le détail d’une de ses particules architecturales. Ce... [Lire la suite]