16 mai 2015

Le Marcheur du Val

    Un trou de verdure se reflétait sous l'arche du vieux pont de pierre. Il se lovait entre ombre et lumière, le soleil jouant, un deux trois, rien ne bouge... aux clairs-obscurs avec les blancs cailloux de la rivière. Nulles mousses ne surgissent entre ses rayons, tout est calme et alangui au fond du petit vallon. Tout est si tranquille, tout semble si paisible que l'on ne se méfie pas de cette eau limpide qui dort. Silencieusement. On n'entend que les notes mélodieuses d'un léger clapotis et le chant de quelques... [Lire la suite]

09 décembre 2013

JE SUIS ICI

      JE SUIS ICI... En lisant ces mots, je dois bien avouer que je ne sais plus où j'en suis. Car si JE est un autre, ce n'est pas moi qui suis, mais l'autre. Et comme tout le monde le sait, l'autre est à Mont. Il n'est pas ICI. Alors bonjour le réveil à l'aube. La douche froide. Un vrai chant de mal d'aurore. Quand on y pense, on est. Je vous assure, parfois je pense – si si ! - donc, je ne sais peut-être pas où, mais je suis ! ICI ou ailleurs, moi-même ou un autre. Cela m'est égal et pour les autres... ego.... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 20:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 septembre 2012

La Dernière complainte d'un condamné

    Dernier repas, dernier cassoulet Qui n'aura même pas le temps De s'achever en paix. Dernière faim en écoeurement, Mais il faut manger en attendant Que la dernière heure se passe Et que le corps enfin trépasse.   Dernière volute fugace, Dernier verre, dernier cigare, Dernier festin de guerre lasse. Hélas, il est trop tard Pour les regrets et les remords Car voici l'heure de la mort.     alt : Noomiz   Illustration de ©Jiho trouvée ici  
28 août 2012

Le Début de la Fin

    Ça a débuté comme ça : Ouap ba dou ouap...   La radio chantait et me réveillait gaiement en pleine matinée. Premier jour de l'année, tutti frutti. Premier café, tutti zuccheri. Le soleil se levait péniblement dans un ciel blanc. Cotonneux. Il aurait pu neiger. Mais bientôt, cette candeur joyeuse fut noircie progressivement par la poussière qui avançait sur mon village. Les tanks approchaient. C'était la guerre dans ce coin perdu du monde. Elle allait venir jusque-là, crevant même le désert. Et tout le monde... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 18:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 février 2012

La Porte

      J'ai la main sur la poignée de la porte et pourtant, je n'ose pas faire ce mouvement avec ma main qui permettrait de baisser cette poignée et d'ouvrir cette porte. Je ne le sais pas encore mais je n'allais pas regretter d'avoir mis des gants pour la circonstance. Mes jolis gants noirs en cuir véritable... Aujourd'hui Maman est morte...ou hier peut-être mais qu'importe, elle est morte. Et, cette porte... Paralysé. Ce ne sont pourtant pas la peur, ni le trac, ni le chagrin, ni la colère qui me lient... [Lire la suite]
08 février 2010

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Je dédie ce texte à mon grand-père mort il y a une dizaine de jours. Ce texte, ironie du sort, répondait au funèbre thème de la semaine du Défi du samedi... Ci-gît sous le gui Du grand chêne séculaire Mon grand-père, Guy Au cimetière de la Mère Tabouret Au cimetière de la Mère Tabouret, tel un DJ vampirique, je suis allé scratché sur vos... [Lire la suite]

07 décembre 2009

Mademoiselle Chang ou Comment noyer du Berger dans du Dom Perignon Dans le petit boudoir de Mademoiselle Chang, quelques bulles de champagne pétillent encore. Tout va bien. La réception se déroule comme prévu. Il ne manque personne près d'elle. Pour se rassurer, elle se retourne et tout le monde est là. IL est là. Ce virtuose de la bonne musique, ce faiseur de chansons pour mille fans.   Il est en train de se rincer aux Biscuits de Reims, allègrement imbibés de Dom Perignon. Elle qui fut la groupie de ce... [Lire la suite]
30 novembre 2009

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } H4 { margin-bottom: 0.21cm } --> La chanson de Prévert  Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, tu vois je n'ai pas oublié...Il n'est pas rare que je me surprenne en train de chantonner ce fameux air de Kosma, cette magnifique chanson de Prévert...Parfois le matin, sur le chemin qui mène à mon bureau, alors que je bois un petit crème au zinc éraillé d'un café vieillot et désuet, presque anachronique...Ou alors lorsque... [Lire la suite]
05 octobre 2009

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> F inalement, nous y voilà : le grand soir.A u bout du quai de cette gare,L es trains y sont toujours en retardL es lampadaires d'un jaune blafard,A u postillon, les absences ne sont pas rares.I l se peut même que je ne sois plus làT u me rejoins en silence vers nulle part. Q ue reste-t-il de nos courtes viesU n peu de... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 juin 2009

Du temps où les parachutes dorés n'existaient pas... C'était une drôle d'après-midi. Qui passait trop lentement et trop vite à la fois.George s'ennuyait et en même temps il aurait voulu faire un tas de choses. Avant que.L'heure tournait tranquillement, les trotteuses au pas. Il entendit Big Ben qui sonnait quatre heures. Puis, le silence. D'or, dort. Comme un scarabée, à la Edgar Allan Poe, comme une beatlesmania encore inexistante.A 21 heures, il embarquerait pour traverser la manche. Mais la véritable paire de manche,... [Lire la suite]